Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2016

Deux extraits de Feu de tout bois lus par l'auteur, Murièle Modély

 

 

 

 

En savoir plus :

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2016/...

 

 

 

15/09/2016

Revue Nouveaux Délits, le NUMÉRO 55

 

couv 55 0.jpg

 Oct. - Nov. - Décembre 2016

 

Nous sommes chacun comme un écran tout sauf blanc, sur lequel les autres viennent projeter leurs propres films. Parfois les superpositions s’harmonisent plutôt bien, peuvent être source d’inspiration, de joies, d’illuminations, mais trop souvent, cela ne créé que confusion, malentendus, cacophonie, indigestions. Dans ce cas, il est parfois préférable et même nécessaire de baisser l’écran, éteindre les projecteurs. Se recentrer sur soi, pas de façon obtuse et égoïste, mais pour aller chercher en soi cette source où se dissout toute image préconçue. Tout simplement parce que nous sommes chacun bien plus qu’une somme de projections et que nous ne pouvons servir de support permanent à tous ceux qui ne se connaissent qu’au travers d’écrans interposés et qui peuvent de ce fait vite paniquer, se montrer intolérants, vindicatifs, quand ils ne reconnaissent pas leur propre film, leur propre scénario sur les écrans des autres. Les couleurs, la luminosité, le son, ne leur conviennent pas, ils voudraient pouvoir tout régler, contrôler. Chacun de nous le voudrait.

 

Après les éblouissements de l’été, l’automne est la saison pour entamer ce lent repli sur soi, pour nettoyer écran et projecteurs, laisser partir ce qui doit partir, laisser sève et énergies redescendre pour mieux se concentrer, se régénérer, puiser à cette source en nous qui n’a rien à voir avec le mental, les désirs, les peurs et les aspirations égotiques. Une source qui, tout comme la poésie en amont du langage, met en résonance l’intérieur et l’extérieur.

 

Un poème naît du frottement des mots entre eux, le poète peut faire naître l’étincelle qui fera prendre feu au langage tout entier. Éclairer, réchauffer, consumer s’il le faut. Si le sens d’un mot est perverti, la poésie peut le réduire en cendres. Sensations, émotions, sentiments, autant d’argiles à modeler et à cuire. Toutes les formes sont possibles, simplement certaines seront plus solides que d’autres et tiendront plus longtemps, mais tout est voué à se briser et retourner à son état originel. La création est recommencement perpétuel et donc destruction perpétuelle. Le cœur en bat le rythme, la respiration harmonise. Un cycle, un cercle, une spirale.

 

Cette source en nous qui sait, saura alors nous faire jaillir en de nouveaux printemps, à chaque fois plus riches, plus fertiles d’un humus qui nourrit nos racines. D’innombrables racines entremêlées, enlacées, qui font de chacun de nous un être à la fois unique et profondément relié aux autres.

 CG

 

DSC03825 s.jpg

AU SOMMAIRE

 

 

Délit de poésie :

 

Luminitza C. Tigirlas, faiseuse de vagues

Lionel Mazari, des extraits de l'impossible séjour

Stéphane Casenobe

Sandra Lillo

Laurent Bouisset

 

Résonance :

 

Seul le bleu reste de Samaël Steiner, Citron gare éd. 2016

Le ciel déposé là, Jean Baptiste Pedini. Éd. L’Arrière-Pays 2016

Ça va aller, tu vas voir, Christos Ikonòmou, Quidam éd. 2016

 

 

 

Délits d’(in)citations épinglés au coin des pages.

Vous trouverez le bulletin de complicité dont le fantasme le moins secret est de se voir rempli, à la sortie.

 

 

DSC03869 s.jpg

 

 Illustratrice : Doina Vieru

doinadoina2000@yahoo.com

 

Artiste roumaine-francophone perchée sur une montagne à Quito qui préfère pas/pas/passionnément l’image à la parole et tout cela malgré des crises de bartlebysme. Entre « I would prefer not to », crayons, papiers, pvc ou métal et d’autres instruments pointus, le jeu reste l’éternel préféré. Curriculum vitae sérieux et œuvres sur : www.doinavieru.com

 

 

DSC03831 s.jpg

 

Correcteur de ce numéro : Elisée Bec 

 

DSC03852.jpg

 

En évoquant le miel le plus secret de la poésie, nous touchons ici un domaine où il n'y a rien à comprendre rationnellement, mais tout à vivre intuitivement. Le sentiment de l'Absolu ne se définira jamais. Il est vécu ou il n'est pas vécu. Tout rationaliste ne verra là qu'illusion ou absurdité. Il n'est pire sourd, dit-on, que celui qui ne veut pas entendre. Mais la question est plus radicale : N'entend pas celui qui n'a pas le pouvoir d'entendre. Trop d'êtres humains sont hélas des huîtres scellées : jamais la lumière ne pénètre à l'intérieur.

Michel Camus

in Transpoétique. La main cachée entre poésie et science

 

 

 

DSC03850.jpg

 

Les délits buissonniers sont nés en juillet dernier,

une collection de tirés à part inaugurée par

 

Feu de tout bois

 

de Murièle Modély

 

13417532_1748051405451961_5401481096891055938_n.jpg

 

illustrations de Sophie Vissière

 

 

 "ils lancent leurs yeux sur moi

comme une lame

 

je sens leur rayon laser

leur récit fulgurant

jaillir

 

sous le derme

 je sens remonter les picotements

l'emballement lyrique qui peine

 

à restituer d'un poème le scintillement

des étoiles du trou noir de leur cornée"

 

 

  52 pages agrafées

tirage limité et numéroté sur papier recyclé 

 

10 €

 

à commander à

Association Nouveaux Délits

Létou

46330 St Cirq-Lapopie 

 

 

 

Nouveaux Délits - Octobre 2016 - ISSN : 1761-6530 - Dépôt légal : à parution - Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits Coupable responsable : Cathy Garcia Illustratrice : Dona Vieru Correcteur : Élisée Bec  

 

 

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

 

 

 

 

    

17/07/2016

Christian Saint-Paul parle du n°54 sur Radio Occitania

 

Cathy Garcia poursuit inexorablement son sacerdoce de revuiste et fait paraître le n° 54 de « Nouveaux Délits » revue vive de poésie et dérivés avec le même succès : illustrations remarquables, qui font un peu de la revue un petit livre d’artiste pour les bourses modestes, sommaire toujours original, en phase avec le monde.

 

Cathy Garcia, poète, revuiste, photographe, blogueuse, plasticienne s’exprime par tous ses arts et demande à être écoutée et entendue au sens plein du terme.

 

 
"Nouveaux Délits""Diérèse"Jacques Canut et l'invité Jean-Michel TARTAYRE qui venait de faire paraître chez N&B :
 "Vers l'été , suivi de Fractions de jour".
 
 
Ecrire c'est éprouver et c'est changer, assure Adonis. Il dit aussi : "l'Occident ne cherche plus la culture, la lumière, l'avenir, le progrès. Il cherche l'argent."
Va-t-il changer ?"
 
 
Vous pouvez écouter l'émission en cliquant sur : http://les-poetes.fr/son/2016/160421.wma
 
 
 

03/06/2016

Avis de parution : Feu de tout bois de Murièle Modély inaugure la collection Délits buissonniers

 

La revue Nouveaux Délits lance

Délits buissonniers

une collection de tirés à part pour des auteurs choisis

ayant déjà été publiés dans la revue

et c'est avec une grande joie qu'elle annonce la parution au 1er juillet de

 

COUV 1.jpg

 

52 pages agrafées

 

tirage limité et numéroté

sur papier recyclé  

offset 90 gr

couverture calcaire 250 gr

 

illustrations originales en nb de Sophie Vissière

http://www.sophievissiere.com/

 

texte de Murièle Modély

http://l-oeil-bande.blogspot.fr/

 

 

"ils lancent leurs yeux sur moi

comme une lame

 

je sens leur rayon laser

leur récit fulgurant

jaillir

 

sous le derme

 

je sens remonter les picotements

l'emballement lyrique qui peine

 

à restituer d'un poème le scintillement

des étoiles du trou noir de leur cornée"

 

 

 

Jeu_s-vissiere.jpg 

 

10 €

port offert

 

à commander à

Association Nouveaux délits

Létou

46330 St Cirq-Lapopie

 

 http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

 

 

 

ps : il y eut un précédent, qui ne fut tiré qu'à titre privé, en décembre 2006, un recueil de 15 pages : Trouble en moyenne parole qui portera désormais le numéro 0 de cette collection, en hommage à son auteur, Pierre Colin.

 

 

 

 

30/05/2016

Atelier marionnettes en PQ

010.jpg

Tiziano, 6 ans

 

 

019.jpg

Azul, 4 ans

 

 

07/05/2016

Atelier MARIONNETTES en rouleaux de papier toilette

 

Fleur.jpgA partir de 3 ans. La date (entre le 12 et le 26 mai) sera définie en fonction des inscriptions ici :

https://framadate.org/HuVhoBUdMnXyXjTA

 

Pour les nouveaux parents désirant inscrire leurs enfants, merci d'envoyer également vos coordonnées au mail indiqué ci-dessous : nom, prénom, âge des enfants, adresse et n° de téléphone. Vous recevrez alors les renseignements précis pour l'atelier concerné et un plan pour vous y rendre.

Contact : nouveauxdelits@orange.fr

 

Matériel à amener :  rouleaux vide de papier toilette, ciseaux, colle (de préférence liquide avec pinceau inclus)

Matériel à amener si vous avez : chutes de papier cadeau, bouts de laine, boutons orphelins.

  

Le goûter tiré du sac est pris en fin de session. Sirop bio offert.

 

Tarif : 10 par enfant

 

 

  

Le reste des explications ici :

http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/a...

 

 

 

26/04/2016

ATELIER Jeux d'écriture, jeudi 28 avril

 

Atelier à partir de 6 ans.

15h - 16h15 - 8 euros par enfant

 

couv.JPGAu programme : jeux avec le prénom et le nom (acrostiches et anagrammes), invention de comptines, cadavres exquis, calligrammes... et découverte de la poésie pour les enfants avec Poèmes follets et chanson follettes, voir ici : http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/e...

 

But de l'atelier : jouer avec les mots, trouver ça rigolo, se servir de son imagination et se familiariser avec la création littéraire (mais oui !) en jouant.

 

Pour les nouveaux parents désirant inscrire leurs enfants, merci d'envoyer vos coordonnées au mail indiqué ci-dessous : nom, prénom, âge des enfants, adresse et n° de téléphone. Vous recevrez alors les renseignements précis pour l'atelier concerné et un plan pour vous y rendre.

Contact : nouveauxdelits@orange.fr

 

 

Le goûter tiré du sac est pris en fin de session. Du sirop bio est offert à ceux qui en veulent.

  

Le reste des explications ici :

http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/a...

 

 

 

 

 

 

25/04/2016

Pour le maintien de l'accueil des « migrants » à Gourdon

Vous  pouvez signer cet appel sur le site internet,

et laisser vos coordonnées si vous le souhaitez...

http://soutiens.enresistance.fr/

 

Un reportage cinématographique sur le C.A.O. (Centre d’Accueil et d’Orientation) et sur le collectif a été réalisé par les ”Actualités Locales au Cinéma”. Il est projeté au cinéma de Gourdon et ici : 

ALC Gourdon 32 - Le Centre d'Accueil et d'Orientation de Gourdon from panoramatv on Vimeo.

 

 

Texte de l'appel :


" Nous citoyens, habitants du Lot, tenons à réaffirmer notre engagement pour l’accueil des migrants.

Depuis le 1er mars dernier, suite à la décision du gouvernement de mettre en place des « Centres de mise à l’abri » sous prétexte de désengorger les camps de Calais et Grande-Synthe, la commune de Gourdon a accepté l’ouverture sur son territoire d’un Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO).

La commune a ainsi pu honorablement accueillir dans l’urgence une famille et des jeunes gens d’origine Afghane en provenance de Calais.

Au côté des associations caritatives, une partie de la population a traduit sa solidarité avec les migrants par la création d'un comité de soutien. De nombreux bénévoles ont également tendu la main, et généreusement proposé des aides de toute nature. Tous oeuvrent pour qu’un accueil digne des valeurs de la République leur soit offert.

 

Par ailleurs, le CEIIS (comité d'études et d'informations pour l'insertion sociale), association mandatée par l’État, répond aux besoins prioritaires des migrants et les accompagne sur le plan de leur demande d’asile.

  

Un mois plus tard, fin mars, dans la précipitation, la commune a dû faire face à l’arrivée de 19 nouvelles personnes suite au démantèlement, la veille, du camp de Stalingrad à Paris. Les conditions d’accueil sont alors devenues difficiles pour tous : migrants, municipalité, citoyens…(trouver en moins d’une journée des lits, des couvertures, de la nourriture…).

  

Ces circonstances ont poussé le Maire de Gourdon à demander, dans une lettre ouverte à la Préfète du Lot, la suspension temporaire du transfert de migrants vers la Commune. Alors même qu’il s’agissait pour le Maire de Gourdon d’attirer l’attention des services de l’État sur le fait que les conditions n’étaient pas réunies pour accueillir dignement les migrants, la Préfète du Lot a décidé de « bloquer » tout nouvel accueil à Gourdon.

  

Nous refusons que l’accueil des migrants à Gourdon fasse l’objet d’un règlement de compte politique et demandons par conséquent le maintien du Centre d’Accueil et d’Orientation de Gourdon. Nous appuyons madame le Maire de Gourdon qui est toujours volontaire pour participer à l’effort de solidarité nationale (Voir le communiqué sur le site internet de la commune de Gourdon).

  

Nous, citoyens exigeons en outre des moyens en rapport avec la situation :

 pour échanger avec les arrivants (traduction, alphabétisation, livrets bilingues...) ;

 pour coordonner les actions des bénévoles et des soutiens.

 
 Nous, citoyens exigeons également la transparence des fonds alloués pour l’accueil ;

 

 Nous appelons les citoyens du Lot à se mobiliser pour transmettre cet appel et lutter sans aucune forme de discrimination contre toutes les précarités.

 

Gourdon, le 18 avril 2016

 

Le collectif de soutien aux migrants "

 

 

10/04/2016

Georges Cathalo à propos du n°53 sur le site de Texture

 

Nouveaux délits N° 53

Oui : ce numéro ne contient « que des plats de résistance » comme il est annoncé au menu de la page 2 pour présenter un sommaire original, « le tout relevé d’un goûteux mélange de Délits d’incitations  ». La revue s’ouvre sur une suite de poèmes que Lou Raoul a extrait d’un ensemble inédit consacré à l’oiseau pour aller vers « des fenêtres ouvertes sur des friches personnelles ». Suivent six poèmes de Mokhtar El Amraoui, poète tunisien d’expression française. Cathy Garcia a toujours l’art raffiné de la revuiste avisée capable de mener sa barque seule en assumant ses choix. Elle se tourne souvent vers les laissés-pour-compte, les délaissés, les oubliés. Ainsi l’illustratrice Ana Minski pour qui « l’errance est son dada » et qui a « découvert la bohème par la littérature » ou le jeune Julien Boutreux qui commence à se faire un nom à travers de nombreuses revues avec des écrits à fleur de peau. On croise encore Jean-Claude Goiri et ses consistants Copeaux contre la barbarie ou les fortes suites poétiques de Denis Wetterwald. La revue s’achève avec les textes chocs de Sammy Sapin et de Tom Buron, jeunes poètes très engagés. Quant à la maîtresse des lieux, elle émaille chacune de ses livraisons de fortes citations en fond de page en concluant par une Résonance où elle fait découvrir des ouvrages originaux comme ici « Les maîtres du printemps » d’Isabelle Stibbe.

à lire sur  http://revue-texture.fr/lecture-flash-2016.html#lucarnes....

 

 

07/04/2016

ATELIER ART N°2 - Paysages, papier de soie et chemins buissonniers

 

Matériel fourni : feuilles à dessin A3 en papier recyclé, papier de soie de toutes les couleurs, peinture écologique à base de colorants alimentaires.

Matériel amené : trousse avec crayon à papier, gomme, ciseau, feutres, pinceau et tube de colle.

 

 

Azul 3 ans.jpg

Azul,3 ans

 

 

Hugo 4 ans.jpg

Hugo, 4 ans

 

 

Lily 5 ans.jpg

Lily, 5 ans

 

 

 

Tiziano 5 ans.jpg

Tiziano, 5 ans

 

 

Azul 3 ans 2.jpg

Azul, 3 ans

 

 

Hugo 4 ans (2).JPG

Hugo, 4 ans

 

 

Tiziano 5 ans 2.jpg

Tiziano, 5 ans