Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2022

COLLECTION CARTES-POÈMES "ORACLES" - mise à jour régulière

DSC07384 SMALL.jpg

 

Une collection de poésie hors norme, des pièces uniques fabriquées avec de l'inspiration spontanée, du papier, de la colle & des ciseaux : à l'époque du tout virtuel, décalage revendiqué !

 

Un poème unique de Cathy Garcia Canalès, fruit spontané d'une contrainte que l'auteur  s'impose à elle-même.

Ce sont des cartes doubles (qui s'ouvrent donc) au format 10,5 x 15 cm, chacune est signée et numérotée. Elles sont disponibles à la pièce ou sous forme d'abonnement : une carte par mois pendant 6 mois ou un an : 

 

 10 € à la pièce port compris

Abonnement soutien 6 mois : 50 €

Abonnement soutien 12 mois : 100 €

 

Elles sont vendues au profit de l'association Nouveaux Délits.

 

Vous pouvez voir et choisir ci-dessous parmi les cartes de la collection disponibles :

 

 

 

DSC07389 SMALL.jpg

réservée

 

 

DSC07391 SMALL.jpg

réservée

 

 

DSC07388 SMALL.jpg

réservée

 

 

DSC07387 SMALL.jpg

réservée

 

 

 

DSC07386 SMALL.jpg

réservée

 

DSC07385 SMALL.jpg

réservée

 

 

Scan2022-02-19 small.jpg

réservée

 

 

Scan2022-02-19_2 small.jpg

réservée

 

 

Scan2022-02-19_3 small.jpg

réservée

 

 

Scan2022-02-19_4 small.jpg

réservé

 

 

Scan2022-02-19_182324 small.jpg

réservée

 

 

Scan2022-02-19_182515 small.jpg

 

 

Scan2022-02-19_183217 small.jpg

 

 

Scan2022-02-20 2 small.jpg

 

 

Scan2022-02-20 small.jpg

réservée

 

 

Scan2022-02-24 small.jpg

 

 

Scan2022-02-25 small.jpg

 

 

Scan2022-02-27 small.jpg

 

 

Scan2022-03-02 small_.jpg

réservée

 

 

Scan2022-03-02 small.jpg

 

 

Scan2022-03-03_smalljpg.jpg

 

 

Scan2022-03-03_small.jpg

réservée

 

 

Scan2022-03-04_small.jpg

réservée

 

 

Scan2022-03-07 smalljpg.jpg

réservée

réservée

 

 

Scan2022-03-08 small.jpg

 

 

Scan2022-03-10small.jpg

réservée

 

 

Scan2022-03-10 II SMALL.jpg

 

 

13 small.jpg

réservée

 

 

Scan2022-03-15 small.jpg

 

 

Scan2022-05-22.jpg

 

 

Scan2022-06-04_101106 small.jpg

 

 

Scan2022-06-04_181059 small.jpg

 

 

002.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13/06/2022

Avis de parution : La cloche a sonné d'Aline Recoura, délit buissonnier n° 6

COUV.jpg

 

 Sortie le 1er juillet 2022 !

COUV recto.jpg

 

 

clique sur l'image pour voir de près

 

*

 

Cette petite fille n’avait de mot 

que le prénom de sa maîtresse

qu’elle a eu en maternelle

pendant deux ans

en CP la nommant encore et toujours

quand on lui demande qui est ta maîtresse

l’institution décide de la faire retourner en maternelle

quelques heures par jour

la maîtresse est toujours là

la maîtresse vit très mal

tombe malade

elle adore cette petite fille

elle pleure son abandon 

elle pleure chaque jour quand à la sortie de l’école

la petite fille lui saute dans les bras et la serre tellement fort

elle dit non à l’institution

on lui reproche son manque de travail d'équipe

ça dégénère dans sa tête

elle comprend qu’on lui demande de pallier

toutes les incompétences et défaillances

elle est coincée

on lui parle de professionnalisme

de laisser ses émotions de côté

quand pendant deux ans tout le monde semblait

ravi que la maîtresse sorte des cadres affectifs

donne à la petite fille ce qu'elle ne trouvait nulle part d'autre

tout le monde semblait content d'avoir la paix

de cette petite fille comprise au moins par une personne

la maîtresse

c'est pour ça qu'elle décide de changer de métier

 

 

 

*

L'auteur :


 

Lire et écrire ses passe-temps favoris (en dehors des heures de son métier de professeur des écoles). Depuis janvier 2022, directrice de rédaction de la revue Cabaret. Elle a publié en 2020, Banlieue Ville à La Lucarne des écrivains et en 2021, Scènes d'école au Lys Bleu et Cardio Poèmes aux éditions du Petit Rameur. À paraître : Pichenette dans les mots aux éditions Gros textes et Nuages dans le sang aux éditions de La Lucarne des écrivains en 2022. Elle contribue à de nombreuses revues papier de poésie (Comme en poésie, Cabaret, HS 7, Traction Brabant, Les amis de Thalie, Les Impromptus, Décharge, Traversées, Nouveaux Délits, Météor, Verso, FPM, L’Intranquille, Maux à mots, Wam, L'Air de rien…) et numériques (Cosaque des Frontières, Lichen, Behigori, Capital des mots & Hors-série n°6 de la revue Cabaret : 40 jours 40 vies, 2020) et des anthologies (On dit Cap, Ad Vitam Aeternam, Voix des îles). Elle dit régulièrement ses poèmes sur scène et est membre du collectif Contre Silence.

 

*

 

 

illustrations de Ludo Godot

tirage numéroté

56 pages agrafées

imprimé sur papier

Keaykoulor calcaire 100 g & 250 g

100 % recyclé

 

*

 

10 € +3 € de port,  à commander à

 l’Association Nouveaux Délits – Letou – 46330 St Cirq-Lapopie

 

 

Délits buissonniers

est une collection de tirés à part

de la revue Nouveaux Délits

 

Vous pouvez lire Aline Recoura

dans le numéro 67 (octobre 2020)

 

 

30/03/2022

Revue Nouveaux Délits n°72

COUV small.jpg

 

Il y a des poètes voyants, des poètes pythies, des poètes monstres qui reçoivent en flots continus des données qui — s’ils ne trouvent moyen de les transcrire — peuvent les submerger, les rendre fous. Le flux est tel que la respiration elle-même ne trouve plus sa place, un essoufflement comme une transe dans laquelle tout lecteur sera emporté car il n’aura rien à quoi s’accrocher. Des eaux tumultueuses mais pas glaciales, car le feu ardent de la poésie brûle sans interruption. Possédée, incantatoire, opératoire, comme le chaman qui souffle sa fumée sur le corps du malade. Ici lecteur, c’est toi le malade. C’est nous. C’est l’humanité.

 

Ce genre d’écriture n’est pas à la mode, on l’a dite maudite, elle fait peur, elle inquiète, elle dérange les conforts, agresse les quiétudes organisées, fait sauter les verrous, les défenses, donne le vertige, la nausée, touille nos tripes sans permission. Elle puise à la source même du Verbe tout autant ravageur que créateur. Pauvre poète traversé et sommé de délivrer le message, c’est un écartèlement permanent : s‘il se tait, il devient fou ; s’il parle, on le prend pour un fou. Ce poète est excessif et peu vendeur, on préfère attendre quelques siècles avant de le lire. Pourtant, il voit là où nous sommes aveugles et ce qu’il voit le foudroie, le brutalise : la laideur sans fard, ni masque, la lumière aussi éblouissante que crue, la beauté qui renverse et les ténèbres sans sas de protection. Il ressent vivement là où nous sommes commodément désensibilisés, il se souvient de ce qui est effacé par nos amnésies quotidiennes. Il entend l’effroi, l’écho du gouffre. Il sait ce que nous étions et ce que nous deviendrons si nous ne nous rappelons pas ce que nous sommes.

 

Il sait et il ne sait rien. Il est l’ignorant qui ne peut jouir de son ignorance, il est parcouru, pénétré, transpercé de toute part et chaque mot qui passe par lui est un trou par où nous pourrions apercevoir une fraction de la réalité originelle.

 

Il a appris cependant depuis le temps que ce torrent le traverse, le retourne, le traîne, le broie et le suffoque, à prendre appui dans l’œil des vortex, à trouver des points d’accroche, l’issue en soi incessible. Il est un vivant mort autant de fois qu’il aura fallu pour se dépouiller jusqu'à l’os, voir son âme nue et il nous tend la main, grimpeur aguerri aux chutes, il nous désigne une brèche par où se hisser. Il partage ses visions, se fait conteur, éclaireur, compagnon.

 

 Il y a un sens à trouver à tout ce que nous vivons ou craignons de vivre : il s’agit de guérir. Et le poète-guérisseur trace des chemins de mots comme autant de formules pour briser les maléfices. Du latin malefacio : faire du mal.

 

CGC

 

Interrogation poissons small.jpg

AU SOMMAIRE

 

Délits de poésie :

 

    • Anne-Marie Bernad

 

    • Jérémy Semet

 

    • Vincent Calvet : Naître au Mystère (extraits)

 

    • Odile Guillaume : Les Yeux du sablier (extraits)

 

    • Stéphane Mongellaz

 

    • Perle Vallens : Journey (extraits)

 

    • Michel Woelffle : Contes et poèmes d’un été perdu et 71ème hiver (extraits)

 

 

Résonance : Et pourquoi moi je dois parler comme toi ? écrits bruts (et non bruts) réunis par Anouk Grinberg, Le Passeur éd. 15 octobre 2020.

 

 

Les délits d’(in)citations continuent à germer au coin des pages. Vous trouverez le bulletin de complicité peut-être un peu sombre et agité à la sortie, le contexte n’est pas à la fête… Merci infiniment pour votre soutien !

 

 

Silhouette 2 small.jpg

 

Illustratrice : Shenandoah Allheilig-Rivet

 

https://www.instagram.com/shenandoah.allheiligrivet/

 

Artiste plasticienne, passionnée depuis son plus jeune âge, bercée par une multitude d'influences culturelles, elle poursuit aujourd'hui son parcours nomade, mêlant rencontres et créativité, échanges et idées nouvelles. Son travail, s'articulant notamment autour du dessin, s'élargit également à d'autres formes d'expressions et formats (peintures, collage, sculptures, photographie, récup'art, customisation d'objets, Land art).

 

Silhouettes small.jpg

 

« Je suis ici pour vous parler de singe à singe. Une cinquantaine de bombes thermonucléaires suffisent à détruire l'humanité. Familièrement appelées bombes atomiques. Mais il n'y a pas cinquante bombes atomiques dans le monde. Il y en a quinze mille.

La question est donc la suivante : si cinquante bombes atomiques suffisent à anéantir l'ennemi et même l'ami, pourquoi en avons-nous construit quinze mille ?

Il n'y a pas de réponse rationnelle. Même la logique de guerre la plus cynique ne peut justifier un tel gaspillage inutile.

Si nous étions au bar entre amis, je vous dirais : c'est la preuve que nous, en tant qu'espèce, ne sommes pas seulement mauvais. Nous sommes aussi des couillons.

Mais s'il y avait un psychanalyste dans le bar, on pourrait aller un peu plus loin : il expliquerait que cette accumulation démesurée est une forme de collection. En psychanalyse, le collectionnisme est étudié comme une perversion.

En 1955, Albert Einstein et Bertrand Russel ont rédigé un appel au désarmement signé par une douzaine de lauréats du prix Nobel. Il disait : "Nous vous demandons, si vous le pouvez, de mettre de côté vos opinions et de raisonner simplement comme les membres d'une espèce biologique en danger d'extinction".

Le mot le plus audacieux, le plus utopique de la phrase que je viens de vous lire est l'emploi du verbe "raisonner". Je ne pense pas que ce soit à notre portée. »

 

Michele Serra, journaliste italien

 

 

Oiseaux small.jpg

 

Revue Nouveaux Délits – Avril 2022 ISSN : 1761-6530 Dépôt légal : à parution – Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits Coupable responsable : Cathy Garcia Canalès Illustratrice : Shenandoah Allheilig-Rivet Correcteur : Élisée Bec

 

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07/02/2022

FRANCOPOLIS a lu le n°71

Revue Nouveaux délits, n° 71, janvier 2022

Cette revue artisanale, conçue, confectionnée à la main, et éditée par Cathy Garcia Canalès, sous les auspices de l’association éponyme, est une pépite : en peu de pages des textes poétiques de grande qualité – ici, Jean-Charles Paillet, Stéphan Riegel, Martin Zeugma, Stéphane Amiot, Bernard Pikeroen, Clo Hamein, Cartographie Mzssyl. Note de lecture de l’éditrice au recueil Feu de Perrine Le Querrec.

http://www.francopolis.net/annonces_2022.html

 

 

 

04/01/2022

Revue Nouveaux Délits n°71

COUV.jpg

Mais quelle année ! Épuisante, irritante, agressive, pénible, flippante, triste, les moments d’éclaircies furent de courte durée et pourtant des graines ont été semées aussi, parce qu’il est hors de question de céder au marasme. Certes le mot « vœu » semble plus creux que jamais, on sait déjà les pathétiques farces qui se profilent pour l’an 22 et la planète n’a pas fini de secouer ses arrogantes puces. il semble de plus que ce qui s’abat sur les idiot-e-s de base, dont je fais partie, c’est surtout une pandémie de dépressions. Mais parmi les idiot-e-s de base, il y a aussi de nombreux pugnaces et plus le sort s’acharne, plus l‘endurance augmente. Chacun-e individuellement et toutes et tous ensemble, sommes comme dans un grand tamis. Sélection, séparation, choix. Et j’ai l’intuition que 2022 sera plus encore une année de choix qu’on ne pourra esquiver, individuellement et collectivement, choix dont il faudra assumer chaque concrète et très réelle conséquence. Alors il va falloir continuer à semer et protéger les jeunes pousses, obstinément, s’ancrer à la terre — poussière ou gadoue, qu’importe — mais s’y tenir debout, le pied ferme. Et ce sont nos illusions qui serviront d’humus aux nouvelles graines, le prix à payer pour concrétiser nos aspirations les plus authentiques, les seules qui ont une chance de nous mener quelque part de viable et ça ne se fera pas sans prendre conscience, chacun-e et collectivement, de cette vieille part d’ombre qui est la nôtre. La poésie est une graine aussi, et la force qui la fait germer, tout à la fois graines, humus, eau, air, soleil, lune et la fleur qui s’ouvre, le fruit qui tombe mûr exactement où et quand il le faut. Un totum qui défie l’espace-temps. Aussi quelle joie pour moi que ce nouveau jardin que vous allez découvrir ! Et pour cette année qui commence, peu importe le vœu, ce qui compte c’est le souffle qui disperse les graines alors soufflons bien, soufflons juste, ne nous laissons pas essouffler, dansons la danse du tamis et laissons partir tout ce qui doit partir. Et pour 2022, ne souhaitons rien, faisons-le !

CGC

 

Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone, et cela reste vrai que l'on soit d'accord ou non avec le disque qui passe à un certain moment.

Georges Orwell

 

rientitre.jpeg

 

AU SOMMAIRE

  

 

Délits de poésie protéiforme :

 

Jean-Charles Paillet ; Stéphan Riegel ; Martin Zeugma

 

Stéphane Amiot, avec des extraits de Saison de lagunage

 

Des haïbun de Bernard Pikeroen

 

Clo Hamelin ; Cartographie Messyl

 

 

Résonance : Feux de Perrine Le Querrec, éditions Bruno Doucey

 

Délits d’(in)citations à pleine dose, pour une couverture poétique maximale.

Vous trouverez le bulletin de complicité qui fait du stop au fond en sortant. Il fait un peu la gueule, vu la énième hausse des tarifs postaux, la mort de la grande imprimante, la pénurie covidienne de cet outil incontournable et l’inflation à grandes dents spéculatrices, n’hésitez donc à le prendre ce bulletin et faire un bout de chemin avec lui, merci, car il n’y aura pas de hausse du tarif d’abonnement !

 

recompoSitionjaune3.jpg

 Illustrateur : Stéphan Riegel

https://www.stephanriegel.com/

 

 

Le système s'effondrera si nous refusons d'acheter ce qu'ils veulent nous vendre, leurs idées, leur version de l'histoire, leurs guerres, leurs armes, leur notion d'inévitabilité. Rappelez-vous de ceci : nous sommes nombreux et ils sont peu nombreux. Ils ont plus besoin de nous que nous n'en avons d'eux. Un autre monde, non seulement possible, mais il arrive. Les journées calmes, je l'entends respirer.

 Arundhati Roy

 

sansdateprécise.jpg

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

 

 *

 

DSC07014.jpg

 

  

sens pratique

 

il n’y a que la pratique

et une infinité de voies

s’étirer comme

racines et chat

 

*

 

énergie

 

penser

c’est vibrer

 

*

 

folie

 

nous ne sommes pas folles

nous sommes peut-être

folles de douleur

mais pas plus

 

 

 

44 pages, agrafées

tirage limité, numéroté et signé

Édité et imprimé par l’auteur

sur papier luxe 100 % recyclé

Dépôt légal : décembre 2021

 

8 € + 2,30 € de port

dispo sur commande auprès de l'auteur

contact : mc point cg arobase point orange

 

 

 

 

26/09/2021

Revue Nouveaux Délits - Numéro 70

couv 70 small.jpg

Outre que j’en écris depuis maintenant 18 ans, il devient de plus en plus difficile pour moi d’écrire un édito. Comme la sensation de rajouter juste du bruit au bruit et la cacophonie actuelle qui ferait honte à une cour de récré est devenue juste insupportable. Pour, anti, vérité, complot, contrôle, propagande, QR code, labos, dollars, économie, dépistage, pandémie, puçage, data, reset, hashtag, merde, bite, cul… ! De quoi choper la Tourette ! On devient fou ! C’est effrayant !

 

Aujourd’hui pour moi, l’image de la réussite c’est d’être allée chercher des mûres et d’en avoir fait un clafoutis. Loin de l’écran, loin des batailles nudgiennes et des spectres de guerres, catastrophes, folies en cours et à venir. Il m’a été dit tout récemment que j’étais d’un autre monde… J’espère bien ! Et j’espère bien qu’on sera de plus en plus nombreux à être d’un autre monde. Pas un monde sans ancrage, un monde nébuleux qui deale ses chamallows pastels, non un monde multidimensionnel, relié, branché à la terre et à l’humus, à ce bon sens qui semble avoir foutu le camp avec la biodiversité. Un monde qui se réveillerait de ce cauchemar que je ne saurais plus qualifier tellement il est doté de tentacules ! Et pas un monde qui accélère exponentiellement vers la dystopie totalitaire en se berçant de climat de confiance, refonte, optimisation, économie positive, smart à toutes les sauces, capitalisme cognitif, sécurité globale, objets connectés, futur augmenté, rajeunissement, vie éternelle…

 

Une histoire antique en somme, toujours la même, celle du syndrome d’hubris, thème central des tragédies grecques, considéré comme le plus grand des crimes. Y entendait-on mieux alors la parole des aèdes et des pythies résonner comme autant de mises en garde ? L’humain, même milliardaire et transhumanisé, n’échappera pas à la loi des cycles, la Némésis tôt ou tard viendra frapper pour ramener tout imbécile trop imbu à un peu plus d’humilité. En attendant, allons ramasser des mûres et buvons à même la langue des poètes et des pythonisses, ces rescapés de toutes sortes de tragédies qui continuent à naître, siècle après siècle, apportant avec eux les graines vives d’un monde autre.

 

Ce numéro 70 correspond justement à l’année de ma naissance, cette revue est une des toutes petites graines que je lance au vent de cette époque si agitée, merci à vous de lui permettre de germer encore et encore entre vos mains !

CG

 

 

Un virus dans le monde entier, confine des peuples qui se révoltaient contre les injustices du Capitalisme mondial.

Philippe K. Dick in La Vérité avant-dernière (1964)

 

sans titre & éphémère.jpg

 

AU SOMMAIRE

 

 

Délits de poésie :

 

Liliane Birsinger

Chiara Pastorini

Christine Bouchut et des extraits d’Avantage

Narki Nal

 

Délit dentaire : extraits de Cheese !!! de Gorguine Valougeorgis

 

Délit d’A. : La bague noire, une nouvelle de Julien Englebert

 

Délit d’autopromotion : Histoire d’amour, histoire d’aimer, de Cathy Garcia Canalès, paru le 1er septembre

 

 

Délits d’(in)citations  en petites touches discrètes, comme un écho. Vous trouverez le bulletin de complicité au fond en sortant qui arbore fièrement un délit buissonnier de plus.

 

 

 

egg.jpg

 

Illustratrice : Cathy Garcia Canalès

 

Femme-orchestre de cette revue,

est-il encore utile de me présenter ?

http://cathygarcia.hautetfort.com/

 

 

La traversée small.jpg

 

Maintenant on pourrait presque enseigner aux enfants dans les écoles comment la planète va mourir, non pas comme une probabilité mais comme l'histoire du futur. On leur dirait qu'on a découvert des feux, des brasiers, des fusions, que l'homme avait allumés et qu'il était incapable d'arrêter. Que c'était comme ça, qu'il y avait des sortes d'incendie qu'on ne pouvait plus arrêter du tout. Le capitalisme a fait son choix : plutôt ça que de perdre son règne.

 

Marguerite Duras

in Le Matin, 4 juin 1986

 

 

 

Welcome to the playground small .jpg

 

*

 

 

 Le délit buissonnier n° 5 est sorti le 1er juillet 2021 :

COUV.jpg

 

illustration de Jimmy Fortier

 

paraît que t'es naïf en amour

paraît que t'as besoin de sentiments pour niquer

paraît que t'es qu'un connard mesquin

paraît que t'as besoin d'être reconnu dans ta vérité

paraît que chez toi ça sent pas vraiment le poète obscur

paraît que t'as une voix à vendre de l'huile d'olive

paraît qu'il faut que tu sois un peu plus humble

paraît que tu chausses comme Michel Platini

paraît que t'es l'heureux papa d'une IVG et d'une grossesse extra-utérine

 

 

 

tirage numéroté, 32 pages agrafées, papier 100 % recyclé

10 € +2 € de port

à commander à l’Association Nouveaux Délits

 

 

Délits buissonniers est une collection de tirés à part de la revue Nouveaux Délits

 http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/delits-buissonniers/

 

*

 

 

Revue Nouveaux Délits – octobre 2021 ISSN : 1761-6530 Dépôt légal : à parution – Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits Letou 46330 St CIRQ-LAPOPIE Coupable responsable & illustratrice : Cathy Garcia Canalès Correcteur : Élisée Bec

 

 

 

 

09/06/2021

Avis de parution : Paraît que d'Heptanes Fraxion, délit buissonnier n° 5

 

Sortie le 1er juillet 2021

 

COUV.jpg

 

illustration de Jimmy Fortier

 

 

*

 

paraît que t'es naïf en amour

paraît que t'as besoin de sentiments pour niquer

paraît que t'es qu'un connard mesquin

paraît que t'as besoin d'être reconnu dans ta vérité

paraît que chez toi ça sent pas vraiment le poète obscur

paraît que t'as une voix à vendre de l'huile d'olive

paraît qu'il faut que tu sois un peu plus humble

paraît que tu chausses comme Michel Platini

paraît que t'es l'heureux papa d'une IVG et d'une grossesse extra-utérine

 

*

 

tirage numéroté

32 pages agrafées

imprimées sur papier calcaire 100 g

couverture calcaire 250 g

100 % recyclé

 

*

 

10 € +2 € de port,  à commander à

 l’Association Nouveaux Délits – Letou – 46330 St Cirq-Lapopie

 

 

HF_n.jpg

Heptanes Fraxion par Christine Spadaccini

 

 

*

 

 

Délits buissonniers

est une collection de tirés à part

de la revue Nouveaux Délits

 

Vous pouvez lire Heptanes Fraxion

dans le numéro 54 (avril 2016)

 

 

 *

 

Composé, imprimé sur papier recyclé et diffusé par :

 

l'Association Nouveaux Délits

 

Dépôt légal : juillet 2021

ISSN : 2556-0026

 

*

 

07/04/2021

Revue Nouveaux Délits numéro 69

 

COUV 69.jpg

Avril 2021

 

 

Numéro 69, numéro chaotique, comme me l’a soufflé un certain Martin ? Fort possible, et en retard comme un lapin d’Alice ! Lapin de Pâques sans aucun doute à la recherche d’un mystérieux œuf noir très cosmico-alchimique, dont j’ai rêvé tout récemment, ce qui n’a pas empêché mon ordinateur de faire un séjour chez son docteur, entre autres contretemps et bifurcations d’agenda sanitaire… Bref, difficile de trouver l’inspiration et plus encore la concentration pour un édito, entre les vagues virales, les tsunamis de fatigue et les clapotis du sens. Quelque chose me murmure à l’oreille qu’il faut se calmer, respirer et faire ce qu’on peut, juste le faire au mieux, sincèrement. En ces temps plus que confus, la poésie me semble plus désirable que jamais et concevoir cette revue continue à faire sens, donc voilà — plus chaotique qu’érotique — un numéro 69 très éclectique ! Puissiez-vous y trouver de quoi nourrir votre jardin intérieur. C’est la saison des semis, alors semons, mettons les mains dans la terre et la langue dans les mots, restons à l’écoute de ces petites voix qui murmurent à nos oreilles et ne trichons pas avec l’essentiel.

cgc

 

  

L’impossible est un univers clos. Néanmoins, nous en possédons la clé et, comme nous le soupçonnons depuis des millénaires, la porte s’ouvre sur un champ d’infinies possibilités. Ce champ, il nous appartient plus que jamais de l’explorer et de le cultiver. La clé n’est ni magique ni symbolique. Les Grecs anciens la nommaient « poésie », du verbe « poiein », construire, façonner, créer.

Raoul Vaneigem

 

 

ND69-2a.jpg

AU SOMMAIRE

et pas forcément dans l’ordre

 

Délits de poésie :

Odile Vecciani 

Richard Roos-Weil en Sarabandes & farandoles

Marie Alcance

Archibald Aki

 

Délit grec : Anne Barbusse, avec des extraits d’À Petros, crise grecque

 

Résonances : Au petit bonheur la brousse de Nétonon Noël Ndjékéry, coll. Mycélium mi-raisin, Hélice Hélas éd., 2019 & Kintu de Jennifer Nansubuga Makumbi, traduit de l’anglais (Ouganda) par Céline Schwaller, Métailié éd., 2019.

 

Délits d’(in)citations en floraison. Vous trouverez le nouveau bulletin de complicité au fond en sortant, il remplace l’ancien depuis le 1er avril et il ne sent pas le poisson.

 

ND69-8a.jpg

Illustrateur : Jean-Louis Millet

jlmillet@free.fr

 

chasseur d’alternatives donc curieux de hasards et de connivences en dessin, peinture, sculpture, photo, écriture, édition virtuelle… quelques passages en revues pour des textes et des illustrations : À l’index, Traction Brabant & Nouveaux Délits, auteur et illustrateur du dernier « délit buissonnier » : Preuves incertaines & animateur de blogs et de sites dont http://www.zen-evasion.com/

 

 

ND69-5a.jpg

jouer notre partition dissocier la cacophonie créer en elle un no man’s land ouvert à l’imprévisible enfanter des flous précis pour désorienter les heures dans chaque minute creuser un trou de ver vers l’impossible œuvre insuffisante nécessairement insuffisante mais dans laquelle il nous faudra donner toutes nos mesures d’homme pour désarticuler fût-ce quelques secondes les horlogeries corrompues

 

Pascal Perrot

in Une brèche dans la tapisserie des ombres

 

 

ND69-9a.jpg

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

 Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle.

 Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité, et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie.

 Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.

 On mettra la sexualité au premier plan des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté, de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

 Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

 L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »

 

Sagesse et révolte, Serge Carfantan – 2007

www.philosophie-spiritualite.com

 

ND69-4a.jpg

Nouveaux Délits - Avril 202i – ISSN: 1761-6530 - Dépôt légal : à parution - Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits - Coupable responsable : Cathy Garcia Canalès -  Illustrateur : Jean-Louis Millet Correcteur : Élisée Bec

 

 

 

 

04/01/2021

Revue Nouveaux Délits numéro 68

COUV.jpg

 

 

Eh bien 2020 est passé comme un éclair, et on se demande bien après ça, qu’est-ce que cette nouvelle année va bien pouvoir nous concocter dans le grand chaudron fou de la vie ? Virus, guerres, comète, suicides collectifs, extra-terrestres, zombies, miracles ? Qu’est-ce qui va encore nous secouer, nous bousculer, nous jeter à terre ? On n’a aucune prise sur les événements extérieurs mais on peut cependant choisir le meilleur en toutes circonstances, aussi infime soit-il. Il n’y a pas que des mauvaises et sombres nouvelles, il y a des jaillissements surprenants, des résurgences de joie, des illuminations bienfaisantes, une créativité fière et indomptée qui se fout des autorisations et s’il y a bien une énergie qui a le pouvoir de transformer le plomb en or, les larmes en sourires, la colère en création, c’est celle de l’amour. L’amour quand on ne lui met aucune barrière, condition, précaution. Lui aussi fait des vagues, des vagues puissantes et douces, qui inondent le cœur, nettoient l’âme et tout se met à briller ! C’est tellement bon, on oublie à quel point c’est bon. Et gratuit ! Aimer ! Rien ne peut nous empêcher d’aimer, ni confinement, ni distanciation sanitaire, ni crise économique, lois liberticides, rien ni personne ne peut nous interdire d’aimer et de nous aimer nous-mêmes aussi. Pas plus que de danser d’ailleurs ou chanter, jouer, rire ! Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi et d’emmerder les autres, mais de rester suffisamment souples pour inventer toujours de nouvelles formes d’expression de cette vie qui bat en nous son rythme vivace. Et si les circonstances s’acharnent à souffler sur les flammes, ne jamais oublier que notre flamme intérieure à chacune, à chacun, possède son propre point d'allumage spontané. Alors résister, oui, mais pas comme des bestiaux acculés qui encornent les murs, mais juste comme une évidence – en vie danse ! – parce que nous sommes des êtres fondamentalement libres, potentiellement capables d’aimer avec une force qui pulvérise toute peur, toute sclérose ; la force de l’eau que rien n’arrête, et qui même retenue par de monumentaux barrages, fomente en secret son évasion par le ciel.

Alors, que l’an 2021 nous guérisse de toutes nos peurs, de tous nos maux et protège la Terre de toutes nos sinistres folies, et soyons souples, forts et porteurs de vie, partout où nous sommes, partout où nous passons, comme une eau aimante !

 

CGC

 

Sans titre-9.jpg

AU SOMMAIRE

 

Délits de poésie :

 

Dorian Masson

Angélique Condominas

Pierre Thiollière

Jacques Merceron 

Pierre Vinclair : Le vivant dans la ville
Patrick Werstink : Caléfactions (extraits)

 

 

Résonances :

La nuit des béguines d’Aline Kiner, éditions Liana Levi, 2017

Quintet de Frédéric Ohlen, Gallimard, 2014

Le Tarot de Saint Cirque de Cathy Garcia Canalès et Lionel Mazari, Gros Textes 2020

 

 

Les Délits d’(in)citations poinçonnent en sifflotant le coin des pages tandis que le bulletin de complicité vous attend avec ses espoirs et ses plus beaux vœux, toujours à sa place, sur la dernière page, mais aussi avec une mauvaise nouvelle vu la nouvelle et forte augmentation des frais postaux : + 11,6 % pour l’écopli qui a donc doublé en 7 ans ! Aussi, pour ce numéro, on va serrer les fesses mais pour celui d’avril, il me faudra répercuter ça sur les tarifs de la revue, qui augmenteront donc pour la troisième fois en 18 ans.

 

chat noir.jpg

Illustratrice :

Cathy Garcia Canalès

 

Mon imprimante pour la revue, de plus en plus capricieuse, n’aime plus que le bleu pour les images, même en mode n&b, aussi je ne peux plus décemment proposer à d’autres d’illustrer ce numéro et même les suivants, donc c’est la femme-orchestre qui s’y colle, avec plaisir cependant : mes griffonnages et gribouglyphes sont d’accord pour voir la vie en bleu. S’y est glissé un cheval venu de très loin, un des rares dessins que je tiens de mon père, qui s’en était allé cavaler dans les prairies célestes en 1973.

 

cheval de mon père.jpg

 


Mais qu'il y ait des espaces dans votre entente.
Que les vents des cieux puissent danser entre vous.
Aimez-vous, l'un l'autre, mais ne faites pas de l'amour un carcan :
Qu'il soit plutôt mer mouvante entre les rives de vos âmes.
Remplissez, chacun, la coupe de l'autre, mais ne buvez pas à la même.
Donnez-vous l'un à l'autre de votre pain, mais ne partagez pas le même morceau.
Chantez et dansez ensemble, et soyez joyeux, mais que chacun demeure isolé,
Comme sont isolées les cordes du luth, bien que frémissantes de la même musique.
Donnez vos cœurs, mais pas à la garde de l'autre,
Car vos cœurs, seule la main de Dieu peut les contenir.
Et dressez-vous ensemble, mais pas trop près l'un de l'autre :
Car les piliers du temple se dressent séparément,
Et le chêne et le cyprès ne peuvent croître dans leur ombre mutuelle.

Khalil Gibran

in Le Prophète (1923)

 

 

002.jpg

 

 

En septembre dernier, est sorti un nouveau recueil chez Nouveaux Délits

 

PREUVES INCERTAINES

de Jean-Louis Millet

 

avec 15 illustrations originales de l’auteur

 

 

txt03b2.jpg

 

 "Titubant dans l'escalier liquide
des rails luisants du tram T3,
un bel ivrogne nommé Désir
voyage aux portes de la nuit.
Oiseau nocturne à bec de bois
il brûle de la grande soif amère
et mord la pluie,
une pluie lasse de pleuvoir.
Sa solitude hirsute transpire
en mille éclats de visages fatigués
dans le miroir de l’incognito."

 

Édité et imprimé par l’Association Nouveaux Délits
sur papier calcaire 100 g, couverture 250 g, 100 % recyclé

12 € + 2,50 € de port

 à commander à l'Association Nouveaux Délits

Letou - 46330 St CIRQ-LAPOPIE

 

 

Nouveaux Délits - Janvier 202i – ISSN: 1761-6530 - Dépôt légal : à parution - Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits - Coupable responsable et illustratrice : Cathy Garcia Canalès -  Correcteur : Élisée Bec         

 

Sans titre-7.jpg

 

 

 

 

 

    

 

24/09/2020

Georges Cathalo a lu "Printemps captif", délit buissonnier n°4

COUV small.jpgIl y aura, c’est certain, dans les mois à venir, toute une profusion d’écrits sur la crise sanitaire. Il semble urgent de chercher des résiliences pour faire face aux turpitudes de l’époque, comme lire « quelques poèmes de Nuno Judice ». On peut aussi lire les poèmes de Lionel Mazari, poèmes qui slaloment entre les écueils du temps présent. Quelques jongleries verbales arrivent comme des respirations entre des bouffées d’ultra-réalisme. Mazari n’hésite pas à affirmer : toute ma sagesse est viatique / et la folie me désaltère. C’est sûrement ainsi qu’il va falloir aborder les temps à venir en se ménageant des espaces où assis sur un banc dans le noir , on découvre ce qui se passe comme « ces ombres calmes aux fenêtres » avec ces  brancardiers venus sauver de pauvres gens blessés par la réalité . Pour finir, signalons la belle illustration de couverture de Morgane Plumelle où deux oiseaux en liberté semblent défier notre printemps captif.

 

à lire en ligne ici : https://www.dechargelarevue.com/No10-Passer-de-friches-en...