Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2018

Le collectif Fourmillard tend la main aux créateurs et partage ses savoir-faire

 Associations - Rue du Portail Alban

Isabelle Salvan et Mathilde Levez fourmillent de projets et d'idées pour le collectif Fourmillard./ Photo J.-L.G.

 

Les artistes et les artisans d'art ont leur écrin à Cahors, rue du Portail Alban. Un endroit pour s'émerveiller et avoir un coup de cœur pour une œuvre. C'est nouveau… c'est beau.

 

La rue du Portail Alban accentue son attractivité. Après un relooking plutôt réussi, elle s'habille en tenue d'artiste au numéro 60. Cette adresse revit et revoit des couleurs avec l'installation d'un collectif de 11 artistes qui évoluent sous la bannière de l'association Fourmillard. Plus qu'une simple galerie d'art, ce nouveau lieu où il fait bon flâner, acheter, boire un café et même créer sa propre œuvre est inauguré aujourd'hui et affiche ses ambitions.

Sa force : un concept original et une véritable atmosphère propice à l'échange.

«Nous voulons faire partager notre savoir-faire, à travers notamment des ateliers et des animations qui permettront aux visiteurs d'apprendre à réaliser des œuvres au contact des artistes et des artisans» souligne isabelle Salvan, créatrice de vêtement de sa propre marque (Zaz'in). «Concrètement, nous prévoyons d'organiser, au minimum, deux ateliers tous les samedis. Mais nous pourrons en aire encore beaucoup plus en fonction de nos disponibilités et de la demande des clients. Nous sommes à l'écoute des personnes qui peuvent nous faire part de leurs préférences, de leurs envies» complète Mathilde Levez qui a créé la marque Berkabut (réalisation d'objets en cuir et rénovations de sièges et fauteuils, Berkabut). Elle poursuit : «La boutique en elle-même a pour objectif d'offrir une vitrine à l'artisanat local. Nous sommes nombreux dans le Lot, mais très peu ont l'opportunité de se faire connaître et de présenter leur travail de cette manière.»

Un café, un croissant et un partage autour de l'art

Pour permettre à cette structure originale d'exister, l'association a signé un bail précaire de 6 mois jusqu'en octobre 2018.

Une période test donc.

C'est le principe de la boutique éphémère. Mais ce collectif très actif a tous les atouts pour continuer longtemps sa belle aventure. Il ne demande qu'à s'étoffer. Isabelle et Mathilde se disent prêtent à accueillir d'autres artisans dont la rencontre et le partage avec les visiteurs seront les dénominateurs communs. «Outre les ateliers, nous voulons créer du lien social, discuter autour d'un café offert sur notre terrasse le samedi» indique Mathilde. L'idée est séduisante.

Portez votre croissant, le café des artistes vous attend.

Un délice sucré pour discuter autour d'un plaisir sacré : l'art.


Qui fait quoi dans la boutique ?

C'est l'heure de l'appel. Voici les noms des artistes et artisans d'art qui interviennent et exposent au sein du collectif Fourmillard et dans la boutique du même nom ? Virginie Lakatos (créatrice d'objets décos et écolos), Mélanie Lecomte (ébénisterie et décoration), Mamzel Tuti (créatrice d'accessoires, hoticultrice textile, customière de vieilleries), Cathy Garcia Canalès (poésie, récup'art et gribouglyphes), Aurélie (sculpteure sur pierre, modelage terre), Estelle Blanchon (origami), Marie-Janne Sellier (cuir et maroquinerie), Isabelle Salvan (créatrice de vêtements pour femmes), Mathilde Levez (réalisations en cuir), Mélodie Liquet (sérigraphies), Bastien Dengerma (ébéniste). La liste ne demande qu'à s'allonger pour multiplier les occasions de rêver dans les règles de l'art. Sachez enfin que les artistes et artisans du collectif exposeront leurs œuvres et effectueront des démonstrations au village du festival Let's Docks sur les Allées Fénelon, les 8 et 9 juin, dès 18 heures.


Le chiffre : 11

ARTISTES> Expo et vente. L'association Fourmillard compte pour l'instant 11 artistes et artisans d'art dans ses rangs (lire ci-contre). Les styles sont multiples. Les visiteurs ne peuvent qu'être comblés.

19/05/2018

La boutique Fourmillard, collectif d’artistes et d’artisans

 

bandeau_n.jpg

Du 15 mai au 15 octobre,

une partie publications Nouveaux Délits

ainsi que des créations artistiques & littéraires de Cathy Garcia  sont présentées

à la boutique Fourmillard - 60, rue du Portail Alban à Cahors (Lot)

en compagnie d'une multitude de belles et originales créations 100  % locales !

 

Inauguration samedi 19 mai à partir de 18 heures.

 

 

 

 

27/02/2017

Rencontre avec les membres de l’association Amigrants de Cahors

Pour un bout de papier - émission du 17 février 2017 - Canal Sud

Sans frontière ni nation, l’émission Pour un bout de papier vous propose en février de discuter du soutien aux migrants migrantes : Du délit de solidarité qui criminalise l’entraide aux transformations du travail social dans les centres d’accueil des migrant.e.s.

Au sommaire de cette émission :

1 . Les nouvelles du Centre de rétention administrative de Cornebarieu
2 . Travail social ou flicage ? Les travailleuses sociales prennent la parole. En quoi consiste le travail social dans les centres d’accueil et d’orientation mis en place à la suite de l’expulsion de Calais ?
3. Qu’est ce que le délit de solidarité ? Histoire et actualité d’un concept juridique.
4 . Rencontre avec les membres de l’association Amigrants de Cahors.

En complément d’infos :

Le blog DormiraJamais avec un dossier complet sur Denko Sissoko

Un lien Arte (émission de une heure sur Denko Sissoko, les structures pour mineurs isolés étrangers avec des témoignages)

Réécouter l’émission :

http://www.canalsud.net/?Pour-un-bout-de-papier-Emission-...

 

 

 

17/12/2016

RAPPEL : demain, dimanche 18 décembre, Petit Marché de Noël à L'Usine à Kroquettes

15337509_1288104637930342_3616486889494225595_n.jpg

 

✱ De 10h à 18h ✱


Une belle sélection d’artisans et créateurs locaux où vous trouverez pêle-mêle : des livres, des affiches, des céramiques, des bijoux, du cuir, du mobilier, de la papeterie…

 

et Cathy Garcia  y sera avec livres, revue, cartes à tout dire Nouveaux Délits, plus ses autres publications, des assemblages, du récup'art... 

 

à dimanche !!

 

 

 

 

 

13/12/2016

Les Sentinelles, un documentaire de Pierre PEZERAT - avant-première à l'Astrolabe, Figeac

L'association Vigilance OGM 46 (VO46) et les Cinémas du Grand-Figeac vous proposent en avant-première (sortie en salles en octobre 2017) le film documentaire de Pierre Pézerat « Les Sentinelles » à l'Astrolabe jeudi 15 décembre à 20h30


19h.30 : Apéro dinatoire bio autour du stand de VO46 et de l'exposition nationale du
mouvement des Faucheurs Volontaires d'OGM au « Carré » : salle à gauche de la billetterie  (l'expo sera visible jusqu'au 20/12)
20h.30 : Film Les Sentinelles (1h 31), salle C. Boyer
~ 22h. : Tchatche avec Pierre Pézerat et des membres de VO46, salle C. Boyer
~ 23h. : Pot et friandises bio au « Carré »


Vigilance OGM 46 est une association loi 1901 déclarée d'intérêt général. Siège social :
Maison Paysanne, Place de la Halle 46320 Assier / vo46@riseup.net /
https://vo46.wordpress.com/

 

 

 

Site : http://les-sentinelles.jimdo.com/
Le réalisateur montre comment une alliance entre scientifiques et agriculteurs a permis à Paul François, agriculteur du Nord Charente intoxiqué par le pesticide « Lasso » de gagner un  procès contre Monsanto. Même si l'affaire est maintenant portée devant la cour de cassation, elle illustre à merveille la victoire du pot de terre contre le pot de fer.


Josette Roudaire, employée de l'usine Amisol (filature d'amiante) à Clermont-Ferrand et Jean-Marie Birbès, ouvrier de l'usine Eternit dans le Tarn, étaient en contact avec l’amiante. Ils ont rencontré le père du réalisateur, Henri Pézerat, militant, chercheur, directeur au CNRS et toxicologue, qui a marqué leurs vies en les aidant à se battre pour que ces empoisonnements ne restent pas impunis. Il était avant tout un lanceur d'alerte qui a étudié  l'amiante et les causes de son caractère cancérigène.


Les ouvriers de l'usine Nutréa Triskalia en Bretagne, intoxiqués par des insecticides
souffrent aujourd'hui du syndrome MCS, une hypersensibilité aux produits chimiques.
Qu’ils soient ouvriers ou paysans, les sentinelles partagent le même combat: la justice n’est pas encore passée, ni pour les responsables du mensonge de l’amiante, encore moins pour ceux de la catastrophe annoncée des pesticides.


En creux, au travers du témoignage de ces hommes et femmes, le film est devenu aussi un hommage à Henri Pézerat pour qui « les travailleurs sont les sentinelles du risque toxicologique, professionnel ou environnemental. »

« Merci aux lanceurs d’alerte pour leur courage et leur détermination à aller au combat. Nous  sommes tous des sentinelles, mais nous n’osons pas tous aller au bout de la démarche ! Ce film doit faire prendre conscience à tout un chacun des scandales sanitaires d’hier, d’aujourd’hui et de demain. »


Une victoire de plus et une première en France concernant la polyexposition : il y a trois mois, le tribunal administratif de Rennes ordonnait à l'État d'indemniser les ouvriers exposés à la fois à l'amiante et aux irradiations. Il est utile de préciser que ni le Président de la République, chef des armées, ni le ministre de la Défense n’ont conscience de la souffrance des victimes, car ce ministre a fait appel de cette décision devant la cour d’appel de Nantes en date du 16 août 2016 !!!
Ce qui est sidérant dans ce film, ce sont les similitudes des combats et l'écrasement du système. On constate que l'histoire se répète en permanence : ce sont des mécanismes mis en place par les grands groupes pour faire du profit en broyant des vies humaines. À cela s'ajoutent des méthodes similaires, comme le chantage au chômage par exemple. Mais ce documentaire montre également tous les combats gagnés, et, surtout, il met en avant l'importance de la solidarité entre les personnes, d'où quelles viennent.


Pierre Pézerat fut pendant 30 ans monteur et responsable technique à la télévision. Les Sentinelles est son premier film documentaire. « Les personnages du film ont quasi tous rencontré Henri et avec lui ont entamé des luttes qui les ont profondément changés dans le sens même qu'ils donnaient à leur vie... Ces hommes et ces femmes retrouvent leur dignité dans le combat pour de mander des comptes à ceux qui les ont empoisonnés. Et ce besoin de justice s'affranchit totalement du cadre socio-culturel de ceux qui sont victimes, il va même casser le clivage qui peut exister entre les milieux aussi éloignés que le monde ouvrier et le monde paysan. »


Henri Pézerat : c'est, entre autres, par lui et sa compagne Annie Thébaud-Mony, sociologue et spécialiste des cancers professionnels, que l'amiante fut interdit en France en 1997, grâce à son animation du Comité anti-amiante de Jussieu.

 

 

 

 

 

 

 

09/12/2016

Rencontre et discussions autour de la projection de Power to Change et le projet Célé Watt

15107207_214904732281591_8635123278382784394_n.jpg

 

 

03/12/2016

C'est demain !

Affiche 041216.png

 

 

30/11/2016

Marché de Noël d'Escamps

Affiche 041216.png

 

Cathy Garcia y tiendra un stand Nouveaux délits (livres, revue, cartes)

et présentera également ses productions personnelles d'auteur & artiste

(livres, assemblages, récup'art)

 

 

 

 

23/11/2016

Solidar'Lot - Parcours de migrants à travers l'Europe - Expo et rencontres à Assier

affiche-expo-assier.jpg

 

 

28/10/2016

Cinéma de Gourdon - La culture, outil de non-violence,

non-violence.jpg